SUR LES CHEMINS VERS SAINT JACQUES DE COMPOSTELLE…

 

      Tous les randonneurs affutés vous diront qu’il y a en France au moins 2 chemins mythiques de Grande Randonnée (GR) : le GR 20, qui traverse la Corse, réputé pour sa beauté mais aussi sa difficulté, et le GR 56 qui mène du Puy-en-Velay (43) à Saint Jean Pied-de Port (64), à la frontière française, puis jusqu’à Saint Jacques de Compostelle (Espagne).

 

  C’est sur ce dernier itinéraire que 9 « amis randonneurs de Bezannes » avaient décidé de marcher en itinérance pendant une semaine, sur une distance de plus de 130 kms du petit village de Saint Alban sur Limagnole (Lozère) à Conques (Aveyron).

                                                                    

 

      Partis du plateau granitique de la Margeride couverts de genets fleuris, nos valeureux marcheurs ont traversé l’Aubrac, en empruntant les « drailles » (chemins de transhumance) accueillis par des troupeaux de paisibles vaches broutant l’herbe grasse de printemps à longueur de journée et d’affables habitants qui ne manquèrent pas, sans un certain folklore, de leur faire gouter l’aligot, spécialité culinaire rurale à base de purée de pommes de terre, de tome, de crème fraiche de beurre et d’ail : de quoi requinquer un randonneur fourbu par une montée au plus haut col de l’Aubrac ( 1273 mètres) !

                                                              

 

  Puis ce fut une longue descente vers la vallée du Lot, rivière majestueuse gonflée par les pluies récentes et abondantes, mais qui   épargnèrent nos marcheurs, et la découverte de 2 splendides villages classés à juste titre parmi « les plus beaux villages de France », Saint Côme d’Olt et Estaing, berceau de la famille de l’ancien président de la république.

                                                         

 

     Conques, village d’arrivée de leur périple, vaut à lui seul le détour, avec ses toits de lauze et ses rues pavées.  Son abbatiale, dont les sculptures du porche sont remarquables et le pont sur le Dourdou lui ont valu d’être classée au patrimoine mondial de l’humanité.

                                                        

 

« Bon chemin », comme on dit quand on se quitte sur le « Camino » à tous ceux qui auront la chance de marcher passionnément cet été sur les sentiers de France ou d’ailleurs ! Faites-le avec prudence, et revenez, à la rentrée, partager votre passion ou votre passe-temps avec les « amis randonneurs de Bezannes » qui vous proposeront de partir encore l’année prochaine pour de nouvelles aventures !

 

 

 

 

Des sentiers berbères du sud du Maroc aux champs de tulipes hollandais

 

 

 

  Les mois d’avril et mai ont été riches en aventures pour les « Amis randonneurs de Bezannes » qui sont passés en quelques jours, d’une semaine de trek dans le sud marocain à un grand week-end de navigation et de balades à pied, pendant le pont de l’Ascension, sur les mers et les terres hollandaises.

 

  TREK DANS LE GRAND SUD MAROCAIN

 

 14 randonneurs aguerris, même si certains n’avaient encore jamais pratiqué la randonnée itinérante de façon intensive, ont atterri à l’aéroport de Marrakech puis, après un périple en minibus par le plus haut col de l’Atlas (2260 m), au-delà de Ouarzazate, ont découvert la vallée du M’Goun, appelée aussi la « vallée des roses », entre oasis verdoyants et paysages arides voire désertiques.

               

 

Ce fut, pendant une semaine une succession de randonnées dans des endroits extraordinaires, où coulent abondamment les torrents

qui descendent des montagnes et qui, par d’ingénieux systèmes d’irrigation, permettent la culture de nombreux fruits et légumes,

ainsi que des fleurs (grâce auxquelles on distille l’eau de rose, secret de beauté ancestral), auxquels succédaient, sur des terrains à

la couleur ocre, des chemins rocailleux et pentus.

 

         Fascinant sud marocain qui a enchanté nos aventuriers, qui devraient y retourner dès 2018 !

 

 RANDO ET BATEAU EN HOLLANDE

 

Le week-end de l’Ascension fut mis à profit pour une nouvelle expédition en Hollande, à laquelle participèrent 19 randonneurs. Après une étape pique-nique à Kinderdijk, site remarquable dont les 19 moulins sont classés au patrimoine mondial de l’Unesco, puis à Leyde, ville natale de Rembrandt, ce fut l’embarquement à Monnickendam sur le « Châteauroux », vieille péniche reconvertie en voilier.

 

                                                 

                                                                                                                                                     Kinderdijk                                                                       

 

         On visita successivement Lelystad, où l’on peut admirer la copie à l’identique du « Batavia », un navire de la Compagnie des Indes Orientales qui fit naufrage lors de sa première expédition en 1629, Hoorn, joli port où naquit celui qui donna son nom au Cap Horn, et Enkhuizen, autre port tout aussi pittoresque. Bonne chère et bonne humeur accompagnèrent les plaisirs de la navigation et contribuèrent à la pleine réussite du voyage.

  

                                                                À bord du Châteauroux

 

  Deux sorties exceptionnelles que, compte-tenu de leur réussite et de leur accessibilité (certes, avec un peu d’entrainement),

les « amis randonneurs », devant leur succès, devraient rééditer.