page en cours de construction...ça vient...on se calme...

  "L'histoire de la commune est liée à l'abbaye de Saint-Thierry à laquelle Charles IV dit" le Chauve" fit donation de la terre de Marzella (850) qui donna naissance au village de Trigny. La propriété des moines sur la commune est confirmée par une charte de Lothaire en 963, dans laquelle apparaît le nom définitif de Trigny".Cette information, de la plus haute importance, n'émeut guère les "Amis Randonneurs de Bezannes", essentiellement occupés - allez savoir pourquoi - à se protéger de la pluie...

 ...dans les bois , au sud de Trigny, une belle allée forestière, sableuse ,buccolique , idéale pour pratiquer la marche nordique...

 ...un champ de prêles...( ne pas confondre la prêle des champs (Equisetum arvense) , connue pour ses vertus diurétiques, avec la toxique prêle des marais (Equisetum palustre).

 ..un tronc...

 ...un poteau directionnel (donc, on est pas perdus..ou on s'est retrouvés)...

 ...des arbres portent encore des feuilles...

 ...pas celui-là...

 ...progression du groupe entre vignes et bois...

 

 ...le chemin qui mène à la ferme d'Herbelon...

 ...un nichoir pour hirondelles de fenêtre...sympa, les services municipaux de Trigny avec ces petites bêtes en voie de disparition...

 

 

 ..."sous sa forme actuelle, la chapelle Saint Théodulphe remplace une ancienne chapelle souterraine, contemporaine des premiers habitants du village. Comme l’église, elle était dédiée à Saint Théodulphe ou Saint Thiou. Tout proche, sur le lieu-dit « morts-hommes », se trouvait un tumulus qui servait de cimetière...

 

 "Totalement détruite à la Révolution, la chapelle est reconstruite grossièrement en 1800. En 1833, un paroissien ayant survécu à l’épidémie de choléra ravageant le village l’année précédente après s’être placé sous la protection de Saint Thiou, la fait définitivement disparaître et la remplace par l’actuel édifice. Au cours du 20ème siècle, l’extérieur de la chapelle est restauré ainsi que le dallage, la table de l’autel et le portail, l’intérieur est décoré de quatre fresques en 1989."

source: mairie de Trigny :

http://www.trigny.fr/fr/focus-detail/1614/chapelle-saint-theodulphe

...Louis II de Bavière, le roi fou, le roi homosexuel,le roi wagnérien, le roi bâtisseur de châteaux (le célèbre château à tourelles de Neuschwanstein, qui inspira Walt Disney pour celui de «la Belle au bois dormant» ) aurait-il visité , un jour, Trigny?

 

 ...c'est quand même plus beau d'appeler une rue "du point du jour" plutôt que de lui donner le nom d'un sombre inconnu, à la célébrité éphémère qui tombera rapidement dans l'oubli...

 

 ..."L'église, de style roman, est dédiée à saint Théodulphe ou Saint Thiou, jeune seigneur d’Aquitaine venu rejoindre Thierry, fondateur de l’abbaye du même nom. Il devint troisième abbé du mont-d’Hor ou de Saint-Thierry et il mourut vers l’an 590.

 

Les parties les plus anciennes de l’édifice, dont le clocher, remontent au XIIème siècle auxquelles se sont ajoutées de profondes transformations à la fin du XVème siècle et au début du XVIème siècle en particulier l’agrandissement du clocher, la construction d’un nouveau transept,  d’un nouveau chœur gothique et de nouveaux croisillons et bas-côté. La hauteur des voûtes est d’environ 9 mètres. La façade occidentale a été refaite entièrement au XIXème siècle et a été ajoutée une sacristie à l’angle nord-est de l’édifice....

 ...Parmi les vitraux, la grande verrière flamboyante d’axe du chœur inscrite harmonieusement dans l’arc en plein cintre subsistant de l’ancienne abside romane est l’œuvre de Jacques Simon, célèbre maître-verrier rémois. Datée de 1927, elle représente la Cène dans un style marqué par la période Art Déco du maître-verrier."

source: mairie de Trigny :

http://www.trigny.fr/fr/focus-detail/1594/eglise-saint-theodulphe-trigny

 

 

Photos : Marc

Texte : Rhin C. et Tranh P.

  La rando démarre devant la mairie...

 ...un peu de plat...

 ...et puis , ça monte...

 ...paysages d'automne...

..paysages d'automne (encore)...

..paysages d'automne (on ne s'en lasse pas)...

 ...un wagon abandonné...

 ...une caravane délaissée...

...et la rando se poursuit sur un chemin plat...

 ...mais qu'est-ce donc que cette excroissance ?

 

 ...la pause...

 ...retour vers Nanteuil...

 

 ...le chemin des cahouriaux ! Si quelqu'un sait ce qu'est un cahouriau , qu'il envoie un mail: il a gagné...

...le lavoir de Nanteuil-la Forêt...

 

Photos : Marc & Sylvain

texte: A. Gricole

  Nous partons d'Ecueil , au lieu-dit "La Garenne" (la garenne ,en droit féodal ,est un terrain où les seigneurs se réservaient le droit de chasse et de pêche , mais ce peut être aussi plus simplement un lieu boisé où les lapins vivent à l'état sauvage)...

 ...des bois , on en a traversé , mais on n'a point vu de lapin...

 ...nous partons chercher les restes d'un chemin de "Grande Barbarie"qui reliait les communes de Muizon et de Villers-Marmery ,voir au-delà : la consultation de la "Revue  Archéologique" volume 8 (juillet à Décembre 1863) grâce au lien suivant https://www.jstor.org/stable/41734256?seq=1#metadata_info_tab_contents t'apprendra l’essentiel sur ce chemin...

 

 ...une attention exceptionnelle , mais éphémère des "amis randonneurs" aux explications données...

 ...le chemin de grande barbarie vers Rilly-la-Montagne, à l'ouest...

 ...le chemin de grande barbarie vers Fismes, à l'est...n'est plus désormais qu'un chemin rural emprunté par de rares randonneurs et quelques agriculteurs...

 ..mais il reste , sur quelques cartes topographiques ou sur des panneaux désignant une rue , quelques traces de cette importante voie de communication, en particulier à Ecueil...

 ...on quitte le chemin de grande barbarie , dont les traces disparaissent à la sortie ouest d’Écueil...

et on part vers les hauteurs ...

... l’église romane des XIIème, XIIème et XVème siècle, dans son écrin, à l'écart du village...

 ...les randonneurs y arrivent ,chacun à leur rythme...

 ...les vignes aux couleurs de l'automne...

 ...à la sortie du village, juste avant l'église , une croix en dessous de laquelle sont inscrits probablement les noms des personnes ou des familles enterrées à son pied " Raullin- Lemaire- Dravigny -Rollin "

.. sur un mur , dan une ruelle d'Ecueil, cette étrange ouverture à hauteur d'homme: mais , qu'est-ce ?(de savon, bien sûr)

 ...un arrêt devant le nouveau restaurant et une maison de champagne...

 ..à l'enseigne évocatrice...

 ...à Ecueil, il n'y a pas que du champagne, il y a de l'eau...

 

 ..on boucle en revenant à la Garenne.

 

photos: Marc

texte :Marc, I. Dessade

 ..Branscourt...

...le lavoir d'Hourges...

 

 ...les coteaux derrière Branscourt...

  ...le château d'Irval...

...le ramassage des châtaignes...

 ...derrière la ferme du château d'Irval

photos: Sylviane

 

on démarre de Villedommange, à la chapelle Saint Lié

...une des rares statues de la chapelle Saint Lié représentant la Vierge enceinte (portail occidental)...

...la "Croix de la Passion", qui conduit à la chapelle est le chef-d’œuvre d'un forgeron local, avec les instruments de la Passion suspendus sur la traverse: la lance du centurion Longin qui perce le flanc du Christ, l'éponge imbibée de vinaigre, le marteau, les clous, la tenaille, la couronne d'épines ... surmontée du coq de Saint-Pierre  ("avant que le coq chante deux fois, tu me renieras trois fois ")

 

...Villedommange et la plaine...

 

 ...en route vers Jouy- lès - Reims...

...la taille de la vigne est la première opération après les vendanges. Elle commence dès la chute des feuilles, s’arrête de mi-décembre à mi-janvier, afin de respecter le repos hivernal de la plante et reprend jusqu’à fin mars ("Taille tôt,taille tard,mais taille de mars")...!

 

...on revient à Villedommange, et on peut voir sur les plaques des rues ,en haut à gauche , le blason du village , composé de deux houx croisées au-dessus d'une serpette ,outils indispensables à la culture de la vigne...

...l'entrée de l'ancien  "café du commerce" ,rue de l'Aurore, ouvert en mars 1896, qui était à l'origine un "café-restaurant" qui ne vendait que du "vin de premier choix" à "prix modérés". En 1914, le café sera racheté par le champagne Veuve Cliquot Ponsardin (VCP) .En juin 1918 , les celliers ont servi de poste de secours au 2ème Régiment d'Infanterie Coloniale (on voit toujours ,sous le numéro 7 à gauche lacroix rouge peinte sur le mur. En 2018, la commune eut l'ambition de réhabiliter le café : on se sait quelles suites furent réservées à l'appel d'offres communal...ré-ouvrira-t-il un jour ? ...

 ...une belle porte...

 ...au 4 rue Saint Lié...

on te le retranscrit, ça t'évitera de t'abimer les yeux:

 "DIEU SOIT LOUÉ
Jean Baptiste Nicolas ROMAGNY, tonnelier, commissionnaire en vin, et Marie Pierrette HERBILLON son épouse, demeurant à Villedommange, ont fait poser cette porte par M. Jean-Baptiste CHABROLÉ, maçon, au dit lieu, en juin 1812".

(J-B Romagny et son épouse sont enterrés au cimetière de la chapelle St Lié; des 2 stèles en marbre blanc, il n'en reste plus qu'une.

J-B Chabrolé, originaire du département de la Creuse, aurait quant à lui fabriqué une dizaine de porte à Villedommange))

Suivent des dessins gravés qui sont les outils du tonnelier (une scie, une plane de fonçage...)

...Sacy, vue de Villedommange...

...Villedommange , vue des vignes...

...la Croix des Soles Favy. L'origine de ce nom reste à éclaircir :Favy était peut-être un soldat romain , à l'époque gallo-romaine ,mais "favy" pourrait aussi désigner des fèves, et le Sol Favy , un champ de fèves...

... et sur la route du retour sur Bezannes, le plus grand vélo du monde en bouteilles de champagne, souvenir du passage du 106 ème Tour de France cycliste le 28 juillet 2019 aux Mesneux.

Photos : Annie et Marc

Transcription: Michel

Remerciements particuliers ("special thanks") : M. Henri Hubert, historien de Villedommange, pour son accueil et son érudition

Texte : Marc et O. Fèrerouge

On démarre du parking de la route forestière de la Noêlle, souvent empruntée par le femme du père Noël...

 ...qui n'a pas eu l'élégance de laisser les clés sur le tableau de bord du traineau de son mari : on se dirige donc à pied vers Sermiers...

 ou plutôt vers les 7 hameaux (Nogent, Sermiers, le Petit Fleury, Courtaumont , Montaneuf ou le mont aux ânes, le Cosson et Saint-Martin ) qui constituent ce village : nous sommes ici à Montaneuf.....et nous allons rencontrer tout au long de notre marche force lavoirs et fontaines...

 ... le lavoir du chemin rural des Aunaies

 ..rue des buées (c'est marqué sur la photo)...

 ...une superbe fontaine...

...entre la rue des buées et la rue des charmilles...

 ...fontaine et lavoir de la rue Saint- Antoine...

 ...la fontaine...

 

 ...le lavoir du gué...

..."il faut qu'une porte soit ouverte ou fermée" ( Comédie d'Alfred de Musset 1845 )...et quelquefois,pour la beauté de l'instant, il est préférable qu'elle reste entrebâillée...

 

 

 ...une plaque commémorative en souvenir d'un enfant du pays , émigré ensuite à Marseille, un des plus grands sculpteurs français du XXème siècle , mais aussi un authentique résistant pendant la seconde guerre mondiale...

 ...haut de 44 mètres , le clocher ,en forme de bulbe, est original dans notre département ...

 ...la fontaine de la place de la fontaine, bien sûr...

 

 ..rue de la fontaine à l'orme: une fontaine et un orme :jusqu'ici , tout est normal...

 

 

 ...fontaine et...

 ...  lavoir rue de Courtamont,

 ..une belle boite aux lettres sur laquelle est imprimée "Post": peu de chance qu'elle soit de la même époque que celle du peuplement germanique du nord de la Gaule et de la fondation du village de Sermiers par la tribu des Sarmates ,l'une des tribus qui protégeait Durocortorum (Reims)

 ...serait-ce Blanquette, la chèvre de M. Seguin qui prend des forces avant son affrontement nocturne avec le loup...

 ...  on remonte vers la forêt domaniale de Sermiers

 à gauche ,Nogent, à droite, le hameau de Courtamont...

 ..une pause avant d'entrer dans la forêt...

 ..un dernier regard au clocher...

 ...et maintenant , plongeons , sans enthousiasme, vers la ville...

 

 

Photos : Marc

Textes :Marc et Spencer