Les  "quarantièmes rugissants" ne sont pas du tout, des randonneurs ayant atteint l'âge vénérable de 40 ans et découvrant avec stupéfaction, et un soupçon de rage, le profil des étapes de la prochaine randonnée itinérante en Afrique subsaharienne. Nenni ! Les quarantièmes rugissants sont le nom  donné par les marins aux latitudes, situées entre les 40e et  50e parallèle, dans l’hémisphère Sud , appelées ainsi en raison des vents forts, venant majoritairement de l'ouest. Parce qu'il y a moins de masses de terre pour casser la mer et les ralentir, les vents sont particulièrement violents et la mer formée.

 Quel bonheur depuis le confinement :on n'entend presque plus les camions, les voitures et les motos pétaradantes : le silence n'est souvent troublé que par le bruit des tondeuses, scarificateurs, taille-haies ou nettoyeurs à haute pression des jardiniers en folie, alors qu'ils devraient prendre le temps d'écouter les bruits de la nature et les chants des oiseaux ! En ce printemps , ce n'est qu'un festival de chants d'oiseaux, tous différents les uns des autres...

Mais comment les reconnaitre?

 C'est hyper simple, car il existe maintenant des sonothèques (= banque de données sonores), dont celle , superbe, de la Ligue de Protection des Oiseaux (LPO) d'Ile -de-France,

https://lpo-idf.fr/?pg=sn

tu pourras entendre le cri de alouette, de la bergeronnette, de l'hirondelle ou de rouge--gorge; j'avoue avoir un fable pour le cri du héron, surtout si il est de la race des petits patapons (*)

(*) Héron,héron, petit patapon.

 tu peux aussi consulter leur excellente photothèque :

https://lpo-idf.fr/?pg=ph

si tu veux en savoir encore plus sur les petits "zosiaux", lis cet article du journal "Le Monde"

https://www.lemonde.fr/m-perso/article/2020/04/26/six-pistes-pour-apprendre-a-observer-les-oiseaux_6037785_4497916.html

Et pour ceux qui préfèrent, aux mélodies naturelles , la musique fabriquée, je vais en revenir au "Rolling Stones": ils viennent de sortir jeudi leur dernier titre ...l'avant-dernier datant de 2012 (à bas, les cadences infernales !) :"Living in a ghost town" qu'on peut traduire par "Vivre dans une ville fantôme".

Chanson et paroles prémonitoires:

I'm a ghost                            Je suis un fantôme
Living in a ghost town(...)        Errant dans une ville fantôme(...)

Life was so beautiful                La vie était si belle
Then we all got locked down    Puis, nous avons dû nous confiner(...)

tu peux l'écouter ici:

https://youtu.be/EnV27L-jhA4

(Bon, j'avoue, pour les "Stones", c'est bien, mais ils n'atteindront jamais la cheville de Beatles, ces 4 là)

et pour terminer , une photo d'un chat , dans un terrain vague à Tinqueux, photographié lors de l'une de nos sorties sportives autorisées d'1 heure: Il venait de demander à un pharmacien aquatincien :

"auriez-vous un peu de sirop pour ma toux?" (LOL-MDR-PTDR)