Dans le cadre de la semaine européenne du Développement Durable,l 'EFSRA te propose , le jeudi 31 mai 2018 ,de 9 h à

11 h, une marche nordique,commentée au bord de la coulée verte.

 

Jeunes, seniors, débutants, ou même sportifs aguerris,qu’importe ton niveau, les coach athlé santé de l'EFSRA seront

là pour t'encadrer lors de cette activité.

Des intervenants te parleront de l’histoire, du réaménagement et de la biodiversité des endroits symboliques de la Coulée verte.

Inscription au 03 26 06 94 12

rendez-vous au centre sport nature de la cerisaie à Reims

  Pour les marcheurs nordiques ,c'est leur terrain de jeu préféré, surtout en hiver quand les chemins sont boueux

c'est aussi un endroit d'un intérêt écologique et géologique majeur :

à découvrir dans le journal 19/20 de France 3 du mercredi 16 mai 2018 (de la minute 18 et 24 seconde à la minute 24)

 

https://france3-regions.francetvinfo.fr/grand-est/emissions/jt-1920-champagne-ardenne

Maladie de Lyme

6 avril 2018

Piqures de tiques

 

La maladie de Lyme (ou borréliose de Lyme) est une maladie infectieuse, non contagieuse, causée par une bactérie transmise par les tiques, essentiellement en forêt et en zone humide. La transmission se fait par piqûre d’une tique infestée et le risque de transmission de la bactérie est d’autant plus grand que le temps de contact avec la peau est prolongé. Toutes les tiques ne sont pas infectées.

Corps de texte

La tique est un acarien visible à l’œil nu de très petite taille. Elle vit ancrée sur la peau des mammifères, des oiseaux ou des reptiles et se nourrit de leur sang grâce à un rostre - sorte de pic garni d’épines - qu’elle enfonce dans la peau et grâce auquel elle peut rester fixée. La tique n'est pas dangereuse dans l'immédiat mais en revanche, elle peut transmettre à ses hôtes et notamment à l'homme, des maladies que l'on appelle "vectorielles".

La plus fréquente des zoonoses transmises par les tiques dans le nord est de la France est la maladie de Lyme que l'on appelle aussi la borréliose. Il existe d'autres maladies transmises par les tiques mais qui sont beaucoup plus rares comme l’encéphalite à tiques. Ce sont les tiques femelles du genre Ixodes qui peuvent transmettent la maladie de Lyme à l'occasion d'une piqûre. Ces tiques apprécient les milieux humides : tapis de feuilles, herbes hautes, forêts de feuillus et conifères. Elles sont généralement plus abondantes entre avril et octobre.

Les populations à risque sont les forestiers, les agriculteurs, les campeurs, les randonneurs et toutes les personnes ayant une activité en plein air. Les zones d'accrochage et de piqûres sont les zones les moins visibles comme le cuir chevelu ou les endroits où la peau est plus fine comme les plis des aisselles, de l'aine…

Le retrait doit se faire le plus rapidement possible car plus une tique porteuse de maladies reste fixée longtemps et plus le risque de transmission de ces maladies augmente.

Les premiers signes - la phase précoce - sont des céphalées et des courbatures… et sur la peau, une rougeur circulaire d'évolution progressive à l'endroit de la piqûre : on l'appelle érythème migrant. Cette rougeur peut également se manifester à distance de la piqûre.

En l’absence de traitement, après quelques semaines à plusieurs mois débute la phase précoce disséminée avec des manifestations au niveau neurologique ou articulaire (douleurs inflammatoires). Ce n'est que bien plus tard que la phase tardive apparaît avec des signes neurologiques et articulaires plus graves et persistants, puis une fatigue à long terme.

La prévention reste la première arme pour lutter contre cette maladie.

Des moyens simples existent :

  • porter des vêtements couvrants et clairs (afin de repérer rapidement les tiques), serrés au cou, aux poignets et aux chevilles (rentrer le bas du pantalon dans les chaussettes ou mettre des guêtres), des chaussures fermées et des gants clairs en cas de travail manuel ;
  • vaporiser ses vêtements et ses chaussures de produits anti-tiques (en respectant les contre-indications pour les enfants et les femmes enceintes) ;
  • utiliser un produit anti-tiques pour vos chiens et chats ;
  • emprunter si possible les sentiers et marcher au milieu des chemins ;
  • éviter les contacts avec les herbes, les broussailles et les branches basses ;
  • inspecter le corps après une activité de travail ou de loisir en pleine nature (y compris le pli des genoux, les aisselles, les organes génitaux et le cuir chevelu) car la piqûre est indolore. Retirer rapidement la tique avec un tire-tique acheté en pharmacie, désinfecter et surveiller la zone de piqûre pendant plusieurs semaines ;
  • consulter son médecin traitant en cas d'apparition de symptômes et en particulier d'une plaque rouge, centrée sur le point de piqûre et qui s'étend dans le mois qui suit la piqûre.

Ce qu’il ne faut surtout pas faire (risque de régurgitation des agents infectieux) :

  • ne pas presser la tique entre ses doigts, afin de ne pas favoriser le passage de la salive de la tique qui contient les agents infectieux ;
  • ne pas tirer sur la tique et ne pas utiliser de pince à épiler. Outre le risque précédent, la probabilité de « laisser la tête » dans la peau est forte. Cela provoque généralement une petite inflammation, une infection ou la formation d’un kyste ;
  • ne pas utiliser d’alcool, d’éther, d’huile ou de vernis ;
  • ne jamais tenter de brûler la tique avec un briquet.

Source : Agence Régionale de Santé (ARS) Grand Est

               https://www.grand-est.ars.sante.fr/maladie-de-lyme